Accueil > carnets de campagne > Indiscrétion dans la Dépêche du 19 décembre : “moi je ne cours pas après les postes…”

Indiscrétion dans la Dépêche du 19 décembre : “moi je ne cours pas après les postes…”

© La Dépêche - édition Louviers

Mais après quoi court donc Alain Loëb ?
Pas après la Poste en tous cas… Peut-être court-il après des candidats pour remplir sa liste, et qu’il s’empresserait sans doutes de renvoyer chez eux sitôt l’élection faite dès lors qu’il voudrait concrétiser un projet ?
Que dit-il à la presse ?
“Moi, je ne cours pas après les postes, je ne fais pas ça pour la gloriole. Eux, c’est des beaux parleurs, tout ce qu’il veulent, c’est des places !”
A le lire, je crains qu’il ne redoute surtout de perdre la sienne. Les siennes avec son poste de “rapporteur” à la CASE en plus.
Mais il a en partie raison : on veut des places ! Une place de la liberté à donner aux associations, des places de stationnement, des aires de jeux, un city park, des bancs sur les places, et de la place au calme à la cantine… Mais ce n’est pas tout. Nous ne présentons pas dès maintenant notre programme officiel, car nous l’avons dit, nous voulons l’élaborer avec l’accord des habitants. Nous allons donner nos idées, les habitants débattront et choisiront.
D’ailleurs, ce ne sera pas facile de débattre devant le refus du maire de nous laisser disposer de la salle des fêtes avant le 10 mars, et même après le 10 mars. Cela nous a été refusé. Mais nous pourrons nous rencontrer pour des débats plus serrés, faute de place, autour de 3 thèmes  :
  • Les résultats de l’enquête, suite au dépouillement du questionnaire (le 24 janvier à 18h30) ;
  • L’aménagement du village (le 5 février à 18h30) ;
  • La vie au village (le 14 février à 18h30).
Nous aurons d’ici là l’occasion de nous rencontrer encore. C’est aussi ça la vie de village…
Par contre quand il parle “des places” au sens de “SA” place (“ma cassette…”, “mon précieux…”), Alain Loëb risque fort de tomber de son fauteuil de maire lorsque nous présenterons nos propositions, dont une sera de baisser l’indemnité de maire.
Parce que se verser l’indemnité maximum de maire d’une commune de 3 500 habitants pour une commune de moins de 1 500 habitants nous semble incorrect. Avec l’indemnité de rapporteur en plus. Moins de sous pour le maire, et moins d’adjoints aussi.
Ils sont fous, pensera-t-il. Eh ! Mais pas furieux.
L’occasion de rappeler que la citation de despote qu’il aime à ressasser n’est pas complète : il s’agissait, je crois, de “despote éclairé”, qu’il a lu dans un mail qui ne lui était pas destiné…
Une référence aux nombreuses loupiotes (halogène, laser, led,…) dans les yeux qu’on du subir les conseillers d’opposition au cours des conseils municipaux ?
“C’est des beaux parleurs…” Ce sont. Ce sont. Et je pense que c’est plutôt une qualité quand on est aux responsabilités, pour défendre les intérêts de la commune. Savoir parler. Savoir écrire et communiquer. Savoir compter.

Si vous voulez entamer une discussion, vous serez le (la) premier(e) à donner votre avis...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *