Accueil > démocratie locale > Dernier café-citoyen au “Bon Accueil” à Saint-Pierre du Vauvray : vie du village, animation et démocratie locale

Dernier café-citoyen au “Bon Accueil” à Saint-Pierre du Vauvray : vie du village, animation et démocratie locale

chez-martine-bon-accueil-la-depeche

Comme relaté dans la Dépêche, c’était salle comble pour notre troisième café-citoyen au « Bon Accueil », et il a fallu couper le chauffage tellement la chaleur était intense dans la salle pleine à craquer, toutes générations confondues.
Merci à Martine pour son chaleureux accueil, comme à l’habitude.
Ce fut d’abord Jérôme Bourlet qui nous a fait un bref rappel des deux réunions précédentes – les priorités des habitants, au « Central Bar », puis les aménagements à « la Teurgoule »-, avant d’introduire les 4 sujets de la soirée :
  • Association / animation ;
  • liens entre les générations ;
  • jeunesse / éducation ;
  • démocratie locale…
Ensuite Jean-Luc Enjalbert et France Ogereau ont présenté la partie sur les associations et l’animation du village.
De nombreux membres d’associations étaient présents dans la salle.
Jean-Luc a commencé en nous rappelant la force du tissu associatif de Saint-Pierre. Puis il nous a parlé de ce qui avait disparu : « le sentiment d’autonomie ». Il s’est engagé, au nom de toute notre équipe, à cesser immédiatement, dès notre élection, de s’ingérer dans les décisions des associations. Il s’est également engagé, et là encore au nom de toute l’équipe, à mettre en place une communication entre les associations, et entre les habitants et les associations. Et également d’instaurer une vraie communication entre les habitants et les associations.
Aujourd’hui, qui connaît le planning des manifestations au long de l’année, et même le planning des activités des associations, toutes les associations, pour toutes les générations, jour après jour ?
C’est à chaque association de faire sa promotion, son affichage, et il n’y a pas de lieu unique où l’on peut trouver toute cette information si utile
Nous proposons de devenir une plateforme de communication à l’usage des habitants, à communiquer pour que chacun puisse trouver les activités qu’il veut pratiquer. Nous nous engageons à faire connaître le planning des manifestations tout au long de l’année. Pour les enfants, les familles, les séniors, et les jeunes, ces grands oubliés. Nous utiliserons internet, le bulletin – régulier et plus fréquent –, ainsi que les lieux d’activités et tous les affichages disponibles.
Et la principale proposition de Jean-Luc et France était de mettre à disposition un lieu qui sera la maison des associations. C’est un espace qui leur sera réservé, en toute indépendance, car une mairie n’a pas vocation à diriger et commander aux associations, mais plutôt à soutenir les initiatives et donner les moyens des les accomplir.
Durant l’échange qui a suivi avec le public, la question du devenir de la salle communale a été soulevé. Comme elle l’avait été lors de la réunion sur les aménagements.
La réponse de Jean-Luc ? « Elle doit devenir une salle d’activités utilisée tous les jours. » Pour les activités associatives, les rencontres, un lieu de vie aussi, et pour les formations et les réunions publiques…
Et la salle polyvalente n’est pas l’unique lieu de rencontre entre la mairie et les habitants et associations. Car nous disposons d’un sacro-saint lieu de rencontre, et qui appartient pourtant à tous les habitants : « la salle du conseil municipal »…
France, elle, a plus insisté sur l’organisation, avec une reprise de l’EAV, association de coordination entre les associations du village. Elle a parlé de notre volonté de faire renaitre un comité des fêtes indépendant du conseil municipal.
Les président-e-s d’associations présents ont été d’accord avec ces propositions, ils ont tenu à nous rappeler leurs vécus, et les actions qui se chevauchaient au même instant dans notre commune, parfois la même action. Il est temps de se parler, d’échanger, de partager et de proposer.
C’est Pascale Messe et Lydie Lecointre qui ont voulu présenter le sujet du lien entre générations. Toutes deux, fortes de leurs expériences professionnelles, ont mis en avant notre volonté de lutter contre l’isolement des personnes âgées.
Redonner de la confiance et de la dignité, recréer des liens de solidarité entre les générations, créer des temps et des lieux de rencontre intergénérationnels, c’était leur fil conducteur.
Et le sujet est sensible, on l’a constaté vu la ferveur du débat. Entre une situation particulière qui rend la vie difficile, pour l’un, l’exemple de solidarité et d’écoute qui s’est mis en place au Matrais pour l’autre, de nombreuses pistes furent évoquées. Et on ne peut que constater que l’attente est énorme.
Nous avons ensuite parlé de la jeunesse et de l’éducation.
Pierre Denis, conseiller municipal et instituteur à Andé, Aminata Cissé, Linda Lamot, future première adjointe, et Claude Duval ont pris la parole.
Pierre nous a montré combien il était utile de revenir à des relations pacifiées au sein de l’école. Les avis de l’ensemble des parties du monde éducatif – Enseignants, personnels, parents et élèves – doivent être entendus.
Il a exposé ensuite l’organisation de la future rentrée, celle de la réforme, du calendrier, et il a proposé la méthode qui permettra de mettre en place un temps périscolaire qui ne se résumerait pas à de la garderie.
Les problèmes d’organisation actuels, la sécurité au sein même de l’école pendant le temps périscolaire ont été au centre des préoccupations des parents qui se sont exprimés. La solution se trouve d’abord dans la concertation, le respect de tous, et la communication. Nier les problèmes n’aide pas à les résoudre. Ensemble, les acteurs font le constat, tirent un diagnostic, proposent et choisissent les solutions. Dans le respect des finances de la commune, et surtout, dans le respect de la sécurité des enfants.
Il ne reste que quelques mois pour préparer cette réforme, c’est peu. Et si à l’instant présent, cela semble bien mal parti, enseignants, parents et autres acteurs de cette réforme ont largement eu le temps de travailler sur le sujet. Avec la participation de tous, cela sera prêt en juin, pour une réforme sereine en septembre.
Aminata a parlé des des ados et de notre volonté de créer un lieu pour eux. Elle a aussi proposé la mise en place d’une carte jeunesse loisirs qui permettra de recréer des liens entre la commune et les adolescents de la commune.
Claude, lui, nous a parlé de communication et de formation dédiées aux jeunes de la commune. L’objectif est de leur permettre de s’insérer et de trouver toute leur place dans la commune, comme dans la société.
Linda est partie de son expérience professionnelle pour nous expliquer combien, sur notre commune, il manque ce lieu et ces moments d’échanges entre les jeunes parents, assistant-e-s maternel-le-s. Ce sont ces moments qui, dans ce premier temps d’éducation pour nos enfants, sont essentiels pour leur socialisation. Le lieu, on l’a, et ces moments, nous les trouverons.
Ah, la démocratie locale ! Une démocratie bien malmenée ces dernières années, alors qu’on ne peut que constater de l’intérêt des habitants pour les choses de la commune. N’en témoigne que le succès grandissant de ces cafés-citoyens, où chacun veut donner son point de vue, et aussi écouter celui des autres.
Claude Germain et Jorge Pinto nous ont fait des propositions, afin que tous les habitants ou habitantes de notre commune puissent devenir acteurs au quotidien de notre commune.
  • Des temps de parole donnés aux citoyens lors des conseils municipaux ;
  • Des commissions thématiques ouvertes aux habitants ;
  • La création de commissions de quartier ;
  • des débats publics sur les grands projets structurants en devenir sur notre commune ;
  • la mise en place d’un conseil municipal intercommunal de la jeunesse ;
  • le respect de l’ensemble des composantes de la société civile ;
  • et le public nous a demandé, si nous sommes élus, de continuer les temps de discussions avec des cafés citoyens. Là où ne s’exerce aucune autorité, et où la parole est libre.
    Et nous débattrons dans d’autres lieux : la mairie, où l’information sera disponible en permanence, la salle polyvalente lorsqu’elle sera libre, et l’école, car là aussi, les parents ont leur mot à dire sur la politique éducative pour leurs enfants.
Lors des échanges avec le public, il était facile de se rendre compte combien cette thématique a été fort négligée au cours de ces dernières années.
La conclusion de la soirée revint à un des sages de notre commune. Il nous a dit qu’il avait confiance dans l’avenir, il nous a dit la confiance qu’il nous accordait pour prendre en compte les besoins de chacun, de chaque citoyen, bien loin de toute considération politique. Et il a été salué par une salve d’applaudissement de toute la salle.
Nous ferons tout pour mériter cette confiance, au quotidien et au fil du temps. Merci à toutes les personnes présentes. Et merci encore à Martine et à tous les cafetiers qui ont bien voulu nous accueillir pour ces cafés-citoyens. De chouettes moments, pour réfléchir ensemble à l’avenir de la commune et pour partager les expériences des uns et des autres, et écouter les attentes de tous. On est plus intelligents à plusieurs. Et qui plus est, de la bonne intelligence. A proroger, donc…
Le prochain rendez-vous avec les habitants, pour débattre cette fois du budget, se déroulera le samedi 15 mars à 10h30 à la salle polyvalente.

Si vous voulez entamer une discussion, vous serez le (la) premier(e) à donner votre avis...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *